Chronique

l’album « Be Right Here » de Blackberry Smoke

today14/03/2024 8

Arrière-plan
share close
CHRONIQUE de l’album « Be Right Here » du groupe Blackberry Smoke par Olivier No Limit, chroniqueur metal, hard rock et rock.
Note: 7/10
Genre: southern rock
Bien le bonjour chez vous. Sorti il y a peu, j’ai eu l’occasion d’écouter le dernier album du groupe américain BLACKBERRY SMOKE qui a pour nom « Be Right Here ». Pas de surprise, ici, on parcourt un chemin musical que l’on connaît déjà, à savoir un southern rock teinté de blues, de country et de folk. Aussi, ne vous attendez pas à du gros son, mais plutôt à une musique soft qui glisse dans vos oreilles comme une douce amie teintée de feeling.
Fondé en 2000, ce combo plutôt prolifique, nous offre des titres comme « Dig a Hole » forgé dans le bois des grands anciens, mais on y trouve aussi de petites douceurs acoustiques (Azalea), des ballades sympathiques (Other Side of the Light), parfois porteuses de mélancolie comme ce « Whatcha Know Good » avec une voix pas loin d’un certain J.J. CALE, même si des titres comme « Be So Lucky » me paraisse comme trop convenu et « gentillet ».
Il y a aussi du rock tel ce « Like It Was Yesterday » un peu comme si les STONES rencontraient SPRINGSTEEN. Le boogie rock de « Don’t Mind If I Do » est plutôt enjoué et “Little Bit Crazy” fait de nouveau penser aux « pierres qui roulent » avec en sus de chouettes voix gospel. C’est du traditionnel, du « Americana « comme on dit aujourd’hui et si ce groupe est considéré par certains comme un des fers de lance de la nouvelle scène southern rock, c’est, à l’écoute de cet album, tout à fait normal. Il faut dire qu’ils sont plutôt doués pour chanter et jouer dans la pure tradition du genre, tout en étant inspirés.
Alors, leurs détracteurs diront qu’ils n’ont pas réinventé les codes de cette musique, qu’ils ne prennent pas de risque, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande, bien au contraire. En ce qui me concerne, je dois bien l’avouer, au début je m’attendais à quelque chose de plus « pêchu », de plus électrique, mais je leur reconnais une griffe et une patte agréable. Vous voilà prévenu.

Écrit par: Laurent Noth

Rate it
0%